C’est l’histoire d’un propriétaire qui fait réaliser des travaux dans un appartement inoccupé…

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

C’est l’histoire d’un propriétaire qui fait réaliser des travaux dans un appartement inoccupé…

Propriétaire d’un appartement, un bailleur a, pour calculer ses revenus fonciers imposables, déduit diverses dépenses de travaux de réparation. Dépenses dont l’administration refuse la déduction fiscale après avoir constaté que l’appartement n’a été effectivement loué que 3 ans après la réalisation de ces travaux…

« Et il y a une bonne raison à cela », répond le bailleur : si l’appartement est resté inoccupé aussi longtemps, c’est à la suite du décès brutal de sa grand-tante, dont il était convenu qu’elle louerait l’appartement, puis à l’impossibilité de trouver un nouveau locataire, en dépit des annonces de location publiées sur les réseaux sociaux.

Des annonces publiées 2 ans après le décès, relève le juge qui donne raison à l’administration : parce que le bailleur n’apporte pas la preuve des diligences qu’il aurait accomplies afin de placer l’appartement en location, il doit être regardé comme s’en étant réservé la jouissance… quand bien même il ne l’aurait pas effectivement occupé.

Arrêt de la Cour administrative d’appel de Marseille du 19 novembre 2020, n°19MA01732

La petite histoire du jour

Vous abonner à la newsletter

Actualités réglementaire, fiscale, comptable, social, juridique...

Vous avez besoin de conseil ?