C’est l’histoire d’une entreprise qui va un peu trop vite…

  • 14/05/2022
  • La petite histoire du jour, Non classifié(e)

C’est l’histoire d’une entreprise qui va un peu trop vite…

Une entreprise, qui a pour activité la vente de motos italiennes, a signé avec le constructeur un engagement de confidentialité interdisant la divulgation de toute information relative aux nouveaux produits jusqu’à leur annonce par voie de conférence de presse.

Sauf que le gérant a un compte Facebook sur lequel il a justement posté la liste des nouveaux modèles… Ce qui a conduit le constructeur à rompre son contrat de distribution avec ce concessionnaire, lequel conteste le caractère brusque et abusif de cette résiliation. D’où sa demande d’indemnisation en réparation du préjudice subi, que le constructeur refuse de payer : la méconnaissance de l’engagement de confidentialité trahit non seulement une perte de confiance, mais aussi un manquement du concessionnaire…

Ce que confirme le juge, pour qui le concessionnaire a bien manqué à son obligation contractuelle de confidentialité, pourtant souscrite dans l’intérêt du réseau de distribution… et n’a donc droit à aucune indemnité !

Arrêt de la Cour de cassation, chambre commerciale, du 6 avril 2022, n° 20-18135

La petite histoire du jour

Recent Blogs

C’est l’histoire d’une entreprise qui va un peu trop vite…

  • La petite histoire du jour,Non classifié(e)
  • 14/05/2022

Occupation d'une terrasse : "j'y suis, j'y reste ?"

  • Le quizz hebdo,Non classifié(e)
  • 14/05/2022

Occupation d'une terrasse : "j'y suis, j'y reste ?"

  • Le quizz hebdo,Non classifié(e)
  • 08/05/2022