C’est l’histoire d’une entreprise qui, à la lecture du site web d’un concurrent, a une impression de déjà-vu…

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

C’est l’histoire d’une entreprise qui, à la lecture du site web d’un concurrent, a une impression de déjà-vu…

Une entreprise qui vend des saunas en fait la promotion sur son site web d’e-commerce : pour chaque équipement, une fiche descriptive détaille le produit et un avis d’expert met en valeur ses qualités. Avis d’expert qu’elle retrouve sur le site web d’un concurrent, reproduits à l’identique !

Un procédé qui caractérise une concurrence déloyale, selon l’entreprise qui réclame au concurrent une indemnisation. Ce qu’il conteste : tout en reconnaissant avoir effectivement recopié ces avis d’experts, il rétorque que cela n’a conduit à aucune perte de clientèle ou de chiffre d’affaires pour l’entreprise, et donc aucun préjudice. Faute de préjudice, pas d’indemnisation…

« Non », tranche le juge qui considère que l’attitude du concurrent, ici le fait de s’immiscer dans le sillage de l’entreprise pour tirer, sans rien dépenser, un profit de son savoir-faire, constitue un acte de « parasitisme commercial », dont il découle nécessairement un préjudice pour elle… qui doit donc être indemnisée !

Arrêt de la Cour de cassation, chambre commerciale, du 17 mars 2021, n° 19-10414

La petite histoire du jour

Vous abonner à la newsletter

Actualités réglementaire, fiscale, comptable, social, juridique...

Vous avez besoin de conseil ?