C’est l’histoire d’un associé en quête d’optimisation fiscale…

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

C’est l’histoire d’un associé en quête d’optimisation fiscale…

Une société civile immobilière (SCI) fait construire des bâtiments sur un site industriel dont elle est propriétaire. Une fois les travaux achevés, l’un des associés vend une partie de ses parts sociales. Pour diminuer l’impôt dû, il tient compte du montant des travaux effectués, ce qui réduit d’autant le gain imposable…

« Impossible ! », conteste l’administration fiscale, qui rappelle que cette possibilité, qui consiste donc à majorer le prix d’acquisition du coût des travaux pour réduire le montant d’une plus-value imposable, ne s’applique qu’en cas de vente d’immeuble. Or, ici, l’associé n’a pas vendu un immeuble : il a simplement vendu des parts sociales qu’il détenait dans la SCI, propriétaire de l’immeuble…

Ce que reconnait le juge, qui confirme donc le redressement fiscal : les dépenses de construction effectivement engagées par la SCI ne peuvent pas être prises en compte par l’associé pour le calcul du montant du gain réalisé à l’occasion de la vente des parts de cette société.

Arrêt de la Cour administrative d’appel de Paris du 31 mars 2021, n°20PA01456

La petite histoire du jour

Vous abonner à la newsletter

Actualités réglementaire, fiscale, comptable, social, juridique...

Vous avez besoin de conseil ?